Centre International de Musicothérapie    
 
 
Mémoire de Sophie BARON
Soutenu juin 2014
 
  "Musicothérapie, pour que l'identité continue son chemin..."

Mention
Bien

 
Résumé

L’arrivée sur la scène mentale de la finitude signe une véritable souffrance psychique dont est issue la crise identitaire de la vieillesse. L’identité est d’autant plus mise à mal quand le sujet vieillissant est confronté à des pertes d’autonomies psychiques et/ou physiques. Comment ne pas se réfugier un peu plus dans l’oubli, se laisser glisser vers la mort quand on n’arrive plus à se « reconnaître », quand on se sent déposséder du sentiment d’exister ? La musicothérapie peut être une des voies possibles pour soutenir la personne âgée dans sa continuité identitaire, qu’elle puisse retrouver du plaisir à se sentir « Etre », redonner du sens à son existence. C’est ce que j’ai essayé de formaliser dans ce mémoire en partant de mon expérience au service de psychogériatrie de l’hôpital de Niort avec deux types d’atelier de groupe : un atelier thérapeutique à l’hôpital de jour et un atelier avec des personnes hospitalisées en Intra.

Dans la première partie de ce mémoire j’exposerai les recherches qui m’ont aidée à cheminer dans mon accompagnement de ces personnes en musicothérapie. Ainsi, j’ai tenté de mieux comprendre les souffrances psychiques que peuvent vivre certaines personnes âgées, le traumatisme de celles qui évoluent dans un syndrome démentiel. Pour chacune, l’identité est à reconstruire. Dans ce processus, certains éléments apparaissent essentiels : se retrouver Soi à travers son corps, à travers son histoire, se sentir «Etre» dans l’expression de Soi, dans la relation à l’autre. J’ai approfondi la question de la relation à l’autre en évoquant l’approche relationnelle du musicothérapeute, l’importance de sa qualité de présence, de sa capacité d’écoute empathique. Je me suis demandé comment la médiation sonore et musicale pouvait contribuer à ce processus: en stimulant la mémoire musicale préservée au-delà des autres pertes, on favorise l’émergence des souvenirs, en s’appuyant sur les qualités de la musique pour communiquer on peut par le biais de l’expression et de l’improvisation musicale retrouver le sentiment d’« Etre ». Je me suis également interrogé sur le rôle que pouvait avoir le groupe dans ce processus de continuité identitaire de la personne.

J’illustrerai ces propos dans une seconde partie par l’analyse de mon vécu lors de séances de musicothérapies avec le groupe de l’hôpital de jour, et également avec certains patients hospitalisés ayant participé au groupe musique de l’Intra. J’approfondirai mon analyse avec trois patients: Claude B. et Madeleine qui présentent une évolution démentielle et Simone qui souffre d’un syndrome dépressif et d’une perte d’autonomie à la marche en raison de chutes. Avec la musicothérapie en situation de groupe Claude B. se réapproprie une part de son identité à travers l’expression de ses souvenirs, Madeleine continue d’« Etre » à travers la créativité musicale, Simone retrouve du plaisir et des sensations corporelles à travers les expériences musicales de groupe.

 
  
 
     
© Tous droits réservés 2002/2017    www.musicotherapie.info