Centre International de Musicothérapie    
 
 
Mémoire de Florence GAREIL
Soutenu juin 2018
 
  "La personne en situation de handicap : Une reconnaissance musicale"

Mention
Assez Bien +

 
Résumé

L’histoire humaine a poursuivi son chemin à travers les époques et les siècles sans ne jamais être dépourvue ni dissociée de sa musicalité : des premiers sons émis par l’Homme pour communiquer jusqu’aux plus grands artistes d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’au développement de la musique par son immense palette créative et ses biens-faits d’un point de vue artistique, curatif, thérapeutique. Or à l’heure actuelle, cette belle harmonie subie elle aussi la crise de notre chère société : Nous n’avons plus le temps, la communication est rompue, la différence éloigne, notre monde sonore devient cacophonie. Si nous ramenons la vision de notre société à un ensemble orchestral : Chaque individu interprète une même mélodie soliste sur une basse commune et lorsque l’un d’entre eux par sa richesse singulière modifie celle-ci, cela engendre stupeur, panique et rejet : les solistes s’affolent et la basse s’affirme d’autant plus. Une jolie métaphore pour souligner que dès lors qu’apparait la moindre différence entre Hommes d’une même communauté, cette dernière a pour conséquence l’émergence de nombreuses inégalités et une mise à l’écart quasi systématique. Ces personnes dites « différentes » sont réduis au minimum et s’oublient. La relation avec autrui, l’extérieur, le loisir, l’art est inexistante. Cependant, je pense qu’aux XXIème, nous avons la possibilité et les moyens pour minimiser ce faussé social. Personnellement, je m’intéresse plus précisément à la place de la personne en situation de handicap (qu’il soit moteur, psychique ou mental), place que l’on lui accorde en société et l’espace qu’elle se laisse pour se retrouver. Par ailleurs, je suis actuellement en stage au sein d’une association proposant des ateliers artistiques divers auprès du public en situation de handicap et valide. Ma participation à ces ateliers à soulever en moi de nombreux questionnements mais a su aussi m’apporter quelques réponses. Par conséquent, c’est à travers ce mémoire, à ma simple place d’étudiante en musicothérapie que je me pose la question suivante : En quoi la musicothérapie peut-elle être un médiateur privilégié pour la resocialisation de la personne en situation de handicap, pour retrouver confiance et estime de soi ? Comment, dans le cadre de mon stage, l’atelier proposé tend-t-il vers cette dynamique de reconquête de soi et de reconnexion extérieure ? Ainsi, dans une première partie, la différence m'entrainera à donner quelques précisions et explications sur la norme et ce qu'elle peut engendrer : La catégorisation, l’exclusion. Puis, je me pencherai sur ce qu’est le handicap et les moyens mis en place pour favoriser l’insertion, l’inclusion de la personne en situation de handicap dans la vie active. Pour conclure cette première partie, je me recentrerai sur la personne en elle-même et la musique comme moyen de s’épanouir. J'introduirai la musicothérapie par un rappel de sa définition et la présentation de mon atelier musique et danse, cadre de mon stage. Puis, dans une deuxième partie, je présenterai les notions clés répondant à ma problématique : socialisation, identité, confiance et estime de soi et comment elles peuvent être approchées par l'outil musical puis par l'outil danse dans l'optique de comprendre ce qui est le plus adapté pour le public concerné et améliorer la pratique en musicothérapie. Je prendrai appui sur mes expériences, observations et pratiques pour soutenir ce dernier ce chapitre. La conclusion me permettra de prendre du recul sur les notions abordées et la comparaison faite précédemment des deux médiateurs utilisés dans le but de répondre enfin à mon hypothèse de départ et élargir mon champ de réflexions.

 
  
 
     
© Tous droits réservés 2018/2018    www.musicotherapie.info