Centre International de Musicothérapie    
 
 
Mémoire de Christelle SCHNEIDER
Soutenu juin 2017
 
  "Partir des besoins psychiques fondamentaux, afin d’élaborer des dispositifs de musicothérapie active en psychiatrie adultes, comme dénominateur ommun pour des groupes hétérogènes et fluctuants?"

Mention
Bien

 
Résumé

Ça y est, le temps de la vraie pratique en musicothérapeute est arrivé ! Je serai en stage auprès de patients adultes en psychiatrie pour suivre en particulier un groupe semi-ouvert et fluctuant avec des personnes aux symptômes très différents : épisodes dépressifs plus ou moins récurrents, avec ou sans troubles psychotiques, hystériques, bipolaires, borderlines, addictions et autres troubles parfois difficiles à diagnostiquer. La règle imposée par la direction de la clinique : ouverture et mixité, le patient ne doit pas être assimilé à son symptôme et doit apprendre à souffrir les autres tels qu’ils soient. Je précise quand même tout de suite qu’il ne s’agit pas de patients avec handicap mental ou troubles neurologiques très importants. Ils disposent du langage et de facultés de compréhension.
Du fait que j’aurai affaire à des profils psychiatriques très divers et que je n’ai encore aucune expérience dans le domaine, la joie d’avoir trouvé un stage est vite passée pour faire place à un énorme point d’interrogation. J’allais bientôt me retrouver dans quelques temps face à un groupe hétérogène de patients. Comment faire ? Comment être ? Et sur quelles bases théoriques poser ma réflexion pour proposer des dispositifs de musicothérapie pour que chacun puisse avancer à partir de là où il en est maintenant, alors qu’il s’agit d’un groupe mixte ?
De retour du congrès mondial de musicothérapie à Vienne en juillet 2016, Gunda, la musicothérapeute référente du groupe de l’hôpital de jour, m’offre une piste très intéressante. Elle vient de participer à un atelier mené par le prof. Dr. Susanne Bauer, du Musiktherapiezentrum de Berlin. Cet atelier s’adressait à des musicothérapeutes jeunes ou inexpérimentés, ayant à faire face à des groupes instables et fluctuants. Exactement comme dans notre clinique. Susanne Bauer propose d’adapter le modèle théorique du chercheur allemand en psychothérapie, Klaus Grawe, basé sur quatre besoins psychiques humains fondamentaux comme base pour établir des dispositifs de musicothérapie.
L’hypothèse de travail : Il serait judicieux de partir de ces besoins psychiques fondamentaux, afin d’établir des dispositifs de musicothérapie, comme dénominateur commun pour des groupes hétérogènes et fluctuants ? Pour tenter de valider ou d’infirmer cette hypothèse, j’ai eu la chance de suivre l’évolution de plusieurs groupes de patients en séance de musicothérapie et en atelier de pleine conscience sur un an. J’ai pu tirer des informations intéressantes de nombreux cas pratiques.

 
  
 
     
© Tous droits réservés 2002/2017    www.musicotherapie.info