Centre International de Musicothérapie    
 
 
Mémoire de Vincent SIERP
Soutenu juin 2016
 
  "La musique comme trait d'union social dans la prise en charge d'enfants autistes"

Mention
Bien+

 
Résumé

Octobre 2014 : j'ouvre le journal et vois un article ayant pour titre «Qui veut jouer avec Raphaël ?». Intrigué, je lis l'article et apprends que Raphaël souffre d'un trouble envahissant du développement : il est enfant autiste. Il a 5 ans. Dans le cadre d'une méthode dite des « 3i » (interactivité, intensive, individuelle), il a besoin de 30 bénévoles au moins pour jouer avec lui et l'aider à sortir de sa bulle. Il sera stimulé 6 à 7 heures par jour.

J'avais quelques notions de l'autisme et quelque chose me disait que je devais appeler. Dans l'heure qui suit j'ai pris contact avec la maman de Raphaël puis avec l'association A.E.V.E (Autisme Espoir Vers l'Ecole). S'ensuivit une aventure avec la rencontre de trois autres enfants : Balqis, puis Axel et Juliane, dans le cadre de mon stage pour le CIM.

Au fil des rencontres, je me suis de plus en plus questionné sur l'autisme, sur la façon dont j'allais apporter un peu de musique dans mes interventions en respectant une méthode, sur les éléments dynamiques qui ont contribué à faire évoluer les enfants, sur l'aspect psychologique et neurobiologique en jeu dans les séances. Ce dernier a été incontournable car l'autisme est un problème neuro-développemental et non psychiatrique. J'allais à l'opposé de ce que j'avais l'habitude de faire dans mon métier d'infirmier dans un service de psychiatrie, c'est à dire être devant un groupe de personnes pour animer une activité thérapeutique à médiation.

Là, j'étais seul avec des enfants qui étaient dans leur « bulle » ;souvent je n'existais pas. Cela a été déstabilisant au début, mais j'ai été aidé par ma foi pour la musique et ses

bienfaits. J'avais l'impression que la musique avait le pouvoir d'atteindre des enfants repliés sur eux-mêmes. Par ce biais, j'arrivais souvent à entrer en connexion. Les enfants m'ouvraient leur cœur et me montraient leurs ressources en se montrant créatifs, en faisant apparaître des émotions, en cherchant à communiquer.

Ainsi m'est donc apparue l'hypothèse de ce mémoire : la musique comme trait d'union social dans la prise en charge d'enfants autistes.

En quoi la musique permet-elle d'établir un lien, un trait d'union social entre l'enfant et moi ? Comment elle parvient à faire de ces enfants des personnes sociables qui trouveraient leur place dans la société ? Il a fallu que j'interroge ce qu'est la musique et comment elle parvient à mouvoir et à émouvoir. Comment agit-elle sur le cerveau ? J'ai tenté aussi de mettre en avant les aspects psychologiques qui ont permis d'être dans un processus thérapeutique.

A la fin du mémoire, j'ai pu constater que l'on pouvait mettre dans ce trait d'union bien d'autres éléments que je vous laisse découvrir. Bon voyage !

 

 
  
 
     
© Tous droits réservés 2002/2017    www.musicotherapie.info