Centre International de Musicothérapie    
 
 
Mémoire de Rony OLANOR
Soutenu juin 2014
 
  De la musicothérapie pour une poly-réussite, en faveur des polyhandicapés

Mention
Bien+

 
Résumé

Après avoir posé plusieurs candidatures, j’ai été accepté dans une maison d’accueil spécialisé pour polyhandicapés adultes. Je ne connaissais pas ce type de public, mais j’ai appris les le connaitre, ainsi que l’ensemble de ma structure (professionnels inclus).

Travailler avec eux (professionnels et polyhandicapés) m’a demandé d’établir un travail qui pourrait agir efficacement sur eux simultanément. Par cet écrit, je montrerai comment cela c’est déroulé.

Pour comprendre ma démarche et mon parcours durant ma période de stage, je commencerai par présenté la structure d’accueille. Ensuite, j’exposerai la vision du poly- handicap dans les livres, pour les professionnels avec qui et pour qui j’ai travaillé et ma vision personnelle. C’est un point de départ essentiel, car mes activités,exercices,..., sont influencés par eux. Toujours dans cette présentation, il y aura un passage où je reporterai mon entretient avec la directrice de la structure. Dans cet entretient, on a parlé des jeunes et de leur regard sur eux, des professionnels et leur(s) regard(s) sur les jeunes, des mes outils et ateliers, puis du travail que j’effectue pour répondre à mon hypothèse.

Sans faire de détour, mon hypothèse de travail est :

« En travaillant sur la qualité, de la fonction maternelle (symbolique) des professionnels, les polyhandicapés à charges peuvent poursuivre et/ou ajuster la construction de leur « moi ». Ainsi, il peuvent réduire certains traits de leur poly- handicap et poursuivre le chemin de leur maturité.»"

Pour travailler sur mon hypothèse, j’ai utilisé comme appuis théorique Donald W. Winnicott et les psychanalystes de son environnement. J’ai tenté plus bas d’exposer ces différentes théories en les adaptants à mon cadre.

Il faut savoir que j’ai pu utiliser (de manière complémentaire) les deux types de musicothérapie, à travers mes séances, qui ce sont toutes déroulées en groupe. Pour la musicothérapie dite « active », la mise en place d’un sentiment de groupe, puis, la pratique de « l’improvisation » étaient l’appui de mon travail. Ensuite, pour la musicothérapie dite « réceptive », la mise en vibration du « moi-peau » sous induction musicale et la relaxation, ont été l’appui de mon travail.

Dans mon mémoire, il y aura les instructions et descriptions des outils (exercices,...) utilisés dans les séances.

Pour finir ce résumé, j’exposerai dans tout le mémoire, comment j’ai pu avancer lors de mon stage à l’intérieur d’une triangulation, où toutes les parties sont impliquées dans et pour le bien des jeunes adultes polyhandicapés.

 
  
 
     
© Tous droits réservés 2002/2017    www.musicotherapie.info