Centre International de Musicothérapie    
 
 
Compte-rendu de stagiaire sur la formation  
 

 
Agnès - Dépt 77 Groupe 77

 

Formation de base
Novembre 2015/ décembre 2016

Depuis longtemps je cherche à allier ma pratique de soignante paramédicale et la musique qui m’accompagne depuis l’enfance. J‘ai quelques expériences d’animations musicales, et quelques fois l’ajout de la voix, d’un rythme improvisé me permet d’entrer en relation avec des patients dont la communication est inexistante. Me sentant limitée, je souhaitais aller plus loin, offrir aux personnes que je rencontre une ouverture vers autre chose, une autre forme d’approche, de rencontre….de soins.

J’ai alors sollicité des musicothérapeutes venant d’horizons différents et, ils m’ont convaincu que la musicothérapie est le domaine dans lequel je peux trouver d’autres méthodes pour compléter ma pratique. Grâce à ma détermination, j’ai obtenu de mon employeur un peu de temps pour acquérir de « vraies » connaissances. Il me restait à trouver un centre de formation. Le CIM m’a paru le plus approprié par son approche, sa diversité en lien avec mon souhait de nouvelle orientation professionnelle…. Disposant de peu de temps (je pouvais m’absenter de mon emploi si la formation débutait avant fin 2015!), j’ai donc rencontré Anna ELHADAD du CIM afin de lui exprimer mes motivations. Ma candidature a été retenue pour intégrer le groupe en novembre… J’allais faire partie du groupe 77! Beaucoup de questions me vinrent alors : serais-je capable de suivre cette formation après 25 ans de pratique ? Pourrais-je me remettre en question ? Est-ce vraiment cette formation qui va me convenir ? Aurais-je des réponses à mes questionnements professionnels?
C’est donc le matin du 16 novembre 2015 que je débute la formation au CIM. Notre groupe, choqué par les événements dramatiques de l’attentat du 13/11/2015, débute dans un climat social pesant. Je franchis donc la porte du 49 avenue Aristide Briand à Noisy le Grand, un jour de pluie où les nuages sont aussi pesants à l’extérieur qu’à l’intérieur de chacun d’entre nous. L’accueil chaleureux de Sylvie, déterminée à nous faire vivre cette première semaine de formation dans une bulle d’optimisme estompe vite cette atmosphère. Après la présentation de chaque membre de notre groupe et de la formation, Sylvie déclare la « Naissance du groupe 77 », au premier retentissement du gong, le ton est donné. Il reste à trouver la tonalité de notre groupe, à nous accorder chacun avec nos différences. Nous avons 7 semaines. Sylvie, nous fournit la partition, il faut maintenant composer cette symphonie du « cru 77  du CIM » avec chaque membre de notre nouvelle équipe…. La morosité ambiante n’entache pas cette expérience à vivre ensemble. Je pense que nous sommes à ce moment, tous très attachés à créer un cocon doux, bienveillant, à l’écoute, où chacun des membres apporte sa touche d’originalité avec sa jeunesse, son innocence, son histoire, son vécu, ses origines, avec l’envie de partager, tous résolus à vivre en harmonie dans ce groupe.

Dès le deuxième jour, avec Dominique BERTRAND « voix et corps sonore », un premier rythme archaïque résonne au plus profond de chacun des membres du groupe 77. En petits groupes nous faisons connaissance, nous nous apprivoisons doucement chacun à l’écoute de l’autre, des petites notes de nous-mêmes pointées, juste ce qu’il faut pour nourrir cette… tribu naissante. Dominique ponctue de réflexions philosophiques, ses interventions. Ainsi il détermine la mesure, marque le rythme, pose le cadre. Bientôt, nous « revisitons notre musique intime », prenons conscience de notre monophonie, le Moi, au sein de la polyphonie du groupe 77!...

Au cours de cette première semaine, nous faisons connaissance avec Pilar Garcia, une énergie débordante, elle est bien déterminée à nous faire prendre conscience de notre corps et notre voix ! Comment cela, il faut chanter ! Je n’avais pas envisagé une seconde cette possibilité ! Je n’ai jamais eu de voix ! Je chante faux ! On ne m’avait pas prévenue !...Je ne peux pas chanter. Nenni  dit Pilar, Ta voix tu trouveras ! Fort heureusement, je ne suis pas la seule dans notre communauté à souffrir de ce « handicap ». Après ce « jacuzzi » sonore, je repars, un peu plus confiante en mes possibilités phonatoires.

Dernier jour de la première semaine, nous rencontrons Vincent BODU, infirmier, une solide expérience dans le médico-social, une sensibilité qu’il nous fait partager avec une grande sincérité. Au cours de la formation, il nous aide à questionner nos limites face aux difficultés de « la vie des patients » afin d’être moins démuni, en tant que thérapeute. Je finis cette semaine avec le sentiment d’avoir trouvé LA FORMATION qu’il me faut. Je n’ai plus aucun doute, plus de questions, je suis bien, au bon endroit, au bon moment, à la bonne place dans ce groupe 77, composé de toutes nos diversités, nos points communs. Nous repartons avec le planning de la deuxième semaine, nous avons encore plein de choses à découvrir, J’ai hâte d’être à la deuxième semaine !...

En plein hiver, la deuxième semaine commence en fanfare. Le dynamisme de Sylvie CAPTAIN SASS, nous fait revisiter notre vision de la personne âgée comme « un être en devenir ». D’une grande humanité, passionnée et passionnante, elle a une pratique très intéressante auprès de la personne âgée. Puis, nous allons de découvertes en découvertes, d’ouverture en ouverture nous découvrons à chaque semaine des professionnels d’horizons différents, désireux de nous faire partager leur pratique expérimentée, réfléchie, composée en fonction du public qu’il rencontre, acceptant de discuter, d’argumenter leur choix de thérapeute, abordant des techniques différentes avec une approche personnelle, riche d’expériences, dans différents domaines. Avec Claire MALAMA, sa voix douce nous fait percevoir différemment les soins en fin de vie. Jacqueline LEON nous parle de son approche auprès de polyhandicapés, avec beaucoup de respect, de douceur, toujours à l’écoute de l’autre. Isabelle PASQUIER nous accompagne au cours de ces 7 semaines, dans la maturation de nos dispositifs, avec un souci du détail, nous aidant à toujours aller plus loin, ne perdant jamais l’objectif principal le cadre d’intervention et le bien-être du patient. Emmanuelle PARRENIN nous aide à explorer notre voix bien au-delà de ce que je pouvais espérer, très touchante.
Au sein de cette formation, je peux directement remettre en question ma pratique professionnelle et trouver l’enseignement pour me construire en tant que « musicothérapeute » au sein de mon service, rencontrant des praticiens musicothérapeutes qui travaillent auprès d’un même public. Omer YEMOUSSI nous fascine, nous invite au voyage auprès des tradipraticiens, ayant une approche très intéressante sur la maladie psychosomatique, cela me permet d’approfondir et d’accueillir au quotidien les personnes autrement. Anne MONTANGE nous transporte dans le monde du conte, une parenthèse, nous découvrons le conte musical de l’intérieur, elle nous emmène au pays des sept lieux… Beaucoup d’apport pour exploiter à notre tour cet art. Dominique LAUDET, aborde le test de réceptivité avec beaucoup de précision, de méthode, soucieux de nous communiquer son vécu auprès d’enfants en difficultés, il reste toujours à notre écoute, nous encourage lors de nos doutes. A l’aube de la vie quand tout ne se passe pas toujours comme nous l’avions rêvé, une voix douce aide à la rencontre, Stéphanie LEFEBVRE entrouvre les portes de la néonatologie avec beaucoup de professionnalisme, une expérience riche qu’elle nous fait partager. Anne BAUER nous a tous captivés  quand elle nous a expliqué son approche de l’autisme infantile, c’est un moment très fort.

Bien sûr, vu le peu de temps dont dispose les personnes intervenantes dans cette formation de base, elles suscitent l’envie d’aller plus loin. Elles mettent à notre disposition des pistes de réflexions, nous apportent des éléments où chacun peut aller puiser, et chercher plus loin pour construire sa propre identité de musicothérapeute. Je n’ai jamais hésité à les solliciter par mail quand cela était possible demandant un complément d’informations ou des précisions, chaque professionnelle a trouvé le temps de me répondre avec beaucoup de gentillesse, je les remercie et j’espère les revoir lors du module de spécialisation.

Avec son dynamisme, sa présence, Sylvie BRAUN, reste discrète mais présente ; une question, une interrogation, elle répond. Elle nous fait part de son expérience avec une envie de partager tout son vécu, son savoir. Un peu de théorie, et vite nous passons à la pratique. Sa perspicacité à l’écoute des montages de chaque membre du groupe 77, ses fines remarques sur les différents types de musique nous aident à former « notre oreille de musicothérapeute », à intégrer les différences, à travailler notre écoute professionnelle de la musique.

Tout au long de cette formation, avec bienveillance, Dominique BERTRAND, participe à enrichir notre groupe. A chaque rencontre, il choisit le sujet, la « couleur » à exploiter, à retravailler à titre individuel, chacun est libre d’en discuter en groupe afin d’ouvrir les « champs (chants !)du possible ». Il prend soin de susciter la curiosité, avec pudeur et respect, revient toujours à l’essentiel : « comment être un bon thérapeute ? ». Chaque membre de notre tribu saisit le sujet, soucieux de nourrir le groupe (pas que dans le spirituel d’ailleurs !...), sans jamais être dans le trop, ni le pas assez. Ainsi, le chef d’orchestre nous aide à composer cette « sym »phonie du groupe 77. Un réel travail individuel se fait en douceur, le groupe participant à cette élaboration, chacun restant libre de son engagement.

Au sein de ce centre, j’y trouve des professionnels passionnés et passionnants, apportant juste ce qu’il faut en théorie avec un grand sens pratique, toujours soucieux de partager leur quotidien professionnel avec un enthousiasme communicatif, partageant des valeurs professionnelles respectueuses. Le CIM, par son approche différente, répond complètement à ce que j’attendais d’une formation en musicothérapie.

Au sein de notre groupe, j’y trouve de la bienveillance, une véritable amitié, de la sincérité, de la gentillesse et du respect. Je n’y ai jamais trouvé de jugement, ni d’indifférence.

Au-delà de mes espérances, j’ai conscience d’un réel travail sur moi, une remise en question sérieuse d’une certaine profondeur tant sur le plan personnel que professionnel en tant que soignante. Mais avant tout, j’y ai trouvé une voie (voix !), une véritable possibilité d’ouverture professionnelle. Si je devais résumer ce premier module de base, il tiendrait en une syllabe « VER » : vers un ailleurs, l’espoir, la couleur verte, vers les personnes, je me sens « vér »itable( au sens authentique)…J’ai commencé mon stage et cela me permet de questionner, confronter ce que les intervenants du CIM m’ont transmis.

Bientôt, nous aborderons la spécialisation, c’est dans un état d’esprit tout autre que je passerai la porte du CIM, toujours intéressée à découvrir, à compléter ce module de base déjà riche d’enseignement mais sereine, en parfait accord avec mes idées. Je suis à la fois un peu triste car dans quelques mois il faudra dire au revoir à cette belle aventure, mais très heureuse d’avoir la chance de poursuivre cette mélodie sur la portée du groupe 77…

  
 
     
© Tous droits réservés 2002/2017    www.musicotherapie.info