Centre International de Musicothérapie    
 
 

Présentation

  • Présentation générale

    Paris
    Centre International de Musicothérapie
    49, avenue Aristide Briand - BP 155
    93160 NOISY le GRAND
    FRANCE
     
    Tél : +33 (0)1.49.32.11.62
    Fax: +33 (0)1.49.32.16.75

    Contact : du lundi au vendredi
    de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h

                loupe


    Visite des
    Locaux…

         
    Le Centre International de Musicothérapie (C.I.M.), premier Centre Français de Musicothérapie créé en 1972, organisateur du premier Congrès de Musicothérapie en 1974, est la base de la recherche et de l'Application de la musicothérapie dans plus de 400 Centres Hospitaliers et autres.

    Le CIM à formé plus de 500 Musicothérapeutes à ce jour, et les principaux acteurs de la musicothérapie en France.

    Il se propose de développer et de promouvoir l'application des effets psychophysiologiques, affectifs et relationnels de la musique, il dispense des formations, et des stages inter et intra.

    En décembre 1985, Jacques JOST fut nommé Vice-Président de la Fédération Mondiale de Musicothérapie lors du Congrès Mondial de Gênes, le C.I.M. Depuis, le C.I.M. consacre une large part de ses activités à l'organisation de manifestations Internationales qui contribuent au rayonnement et à la cohésion de la Musicothérapie à travers le monde.

         
  • Historique du C.I.M.

    En 1954, Jacques JOST propose au Centre d'Études Radiophoniques de la Radiodiffusion Française l'étude du pouvoir affectif de la musique à l'aide d'encéphalogrammes.

    Cette étude fut réalisée dans le Laboratoire d'Encéphalographie de la Clinique des Maladies Mentales et de l'Encéphale, à la Faculté de Médecine de Paris.

    Pendant dix-huit ans, il a poursuivi l'étude et l'application des Techniques Psychomusicales en Psychiatrie, en collaboration avec les Docteurs GUILHOT et GARNIER.

    Une partie de ce travail a été réalisée dans le cadre du Laboratoire d'Etudes des Communications Interpersonnelles, rattaché à l'École Pratique des Hautes Etudes, dans le Service du Professeur BARUK.

    En 1969, aidé par de nombreuses personnalités du monde médical et artistique, il fonde le premier Centre Français de Musicothérapie.

    • 1971 : Création de l'A.R.A.T.P. (Loi 1901), composée d'un comité médical et d'un comité musical
    • 1974 : 1er Congrès Mondial de Musicothérapie au C.H.U. - Hôpital de la Pitié-Salpétrière
    • 1977 : Congrès Français de Musicothérapie au Palais des Congrès de Paris
    • 1980 : Congrès Français de Musicothérapie au Palais des Congrès de Paris
    • 1981 : Création du Centre International de Musicothérapie
    • 1983 : 4ème Congrès Mondial de Musicothérapie au C.H.U. - Hôpital de la Pitié-Salpétrière
    • 1986 : Création de la Fédération Mondiale de Musicothérapie
                      Président : Dr Rolando O. BENENZON
                      Vice-Président : Jacques JOST
    • 1986 : 1ères Journées Nationales de Musicothérapie à l'Hôpital ESQUIROL
    • 1988 : 2èmes Journées Nationales de Musicothérapie à l'Hôpital NECKER
    • 1991 : 3èmes Journées Nationales de Musicothérapie à l'Hôpital NECKER sur le thème de la douleur physique et morale
    • 1996 : Congrès International de Musicothérapie "La Musique et l'Homme" à l'Hôpital PITIÉ-SALPÉTRIÈRE
    • 2002 : Ouverture d'un nouveau lieu de formation sur la région sud-est (Aix en Provence)
    • 2007 : Actioins humanitaires en ROUMANIE
    • 2008 : Action humanitaire (Implication de la Musicothérapie et des TPM, dans des centres pour enfants handicapées en Roumanie)
    • 2008 : Octobre : Organisation sur Paris des 1ère journées de rencontres des anciens et nouveaux stagiaires du CIM "LES GAMMES"
    • 2011 : 13ème Congrès Mondial de Musicothérapie - à Séoul du 5 au 7 juillet 2011.

    L'équipe de musicothérapeutes du C.I.M. effectue ainsi plus de cinquante conférences par an à Paris et en Province.

    De plus, le C.I.M. est régulièrement présent chaque année dans le cadre de manifestations publiques et organise notamment les Journées Nationales Musicothérapie.

    SUR SIMPLE DEMANDE, Madame Sylvie Braun, Directrice du Centre International de Musicothérapie, Psychologue et Musicothérapeute, peut faire une PRÉSENTATION DES TECHNIQUES PYSCHOMUSICALES ET DE LA MUSICOTHÉRAPIE DANS VOTRE ÉTABLISSEMENT (avec démonstrations sonores, et en dégageant les principales indications et conditions de mise en oeuvre).

  • Composition du Bureau

    Comité médical

    Professeur J. LASSNER  •  Professeur R. VOLMA

    Comité scientifique Alain Didier WEILL
    Comité musical Maître Yehudi MENUHIN  •  Miguel-Angel ESTRELLA
    Président Dominique BERTRAND
    Directrice Sylvie BRAUN
    Directeur des Recherches Dominique BERTRAND

     

  • Qui contacter ?

    Sylvie BRAUN : Directrice du C.I.M./Responsable Pédagogique
    lundi après-midi, mardi et mercredi toute la journée.
    Secrétariat :

    Du Lundi au Vendredi de 9H à 12H et de 14H à 17H
    PARIS                     Tél  : 01 49 32 11 62

     

  • Recherches et perspectives

    Depuis plus de quarante ans, le C.I.M. étudie avec des représentants du monde médical et du monde musical l'impact psychophysiologique des sons et de la musique dans divers domaines.
    Plusieurs thèses de médecine et de nombreux mémoires sont régulièrement publiés et confirment l'intérêt des étudiants et chercheurs pour cette discipline.

    La musicothérapie se définie comme un outil de communication, où la musique est utilisée comme médiateur dans la relation à l'autre.

    Des recherches récentes sur le pouvoir de la musique ont été menées par le CIM, et ont permis de mettre au point des musiques de détente, relaxation, préparation au sommeil... Enfants et Adultes, accessibles à tous.
     

    Les principaux axes de recherche du C.I.M. sont :

    - la pédagogie des Techniques Psychomusicales,
    - les formes et domaines d'application de la Musicothérapie,
    - la création et l'analyse d'oeuvres sonores spécialement adaptées,
    - la musique en Néonatalogie, en Pré-Anesthésie, en Cancérologie, en géréatrie, en prévention

    Actuellement, des travaux sont menés en collaboration avec des Services Hospitaliers de Paris (Cancérologie, Pédiatrie, Chirurgie Infantile, Soins Palliatifs).

    Notre centre dispense des formations qualifiantes aux Techniques Psychomusicales et à la Musicothérapie depuis plus de 40 ans à PARIS, et depuis 2002 à AIX en PROVENCE, permettant d'accéder au métier de MUSICOTHÉRAPEUTE.

    Le CIM prépare au choix 2 certificats sur 2 ans (Enseignements Privés)
    1) Certificat d’Aptitude aux Techniques Psychomusicales (T.P.M)
    2) Certificat de Formation à la Musicothérapie (C.F.M)
     

    La musique reste un langage universel, elle est un voyage dans le temps, un moyen simple de se ressourcer, lâcher prise, prise, communiquer, elle est utilisée dans la relation d'aide.

    “Là où s'arrête le pouvoir des mots commence celui de la musique”

  • La note du Président

    LA NATURE DE LA FORMATION
    - Ce que vous y trouverez - Ce que vous y ferez -

    Entrer en formation de musicothérapie, c’est s’engager sur une voie alliant la créativité, l’implication pratique, la réflexion personnelle, la capacité d’écoute et de dialogue. S’il n’est pas exigé des futurs stagiaires d’être musicien, ni praticien d’une forme quelconque de thérapie, leur expérience en ces domaines et leurs motivations personnelles seront déterminantes lors de l’étude de leur dossier (et leur éventuelle acceptation dans la formation). Celle-ci se fonde sur une dynamique de groupe, impliquant des mises en situation d’expériences, des cours théoriques, des temps de réflexion collective et certains travaux à accomplir individuellement entre les sessions de groupe.

    La musicothérapie peut prendre des formes très différentes - la formation du CIM est a priori ouverte à tous les courants - mais obéit à l’exigence du respect d’un code de déontologie, ainsi qu’à une éthique fondée sur l’unicité de la personne humaine (les patients ne sont pas des « diagnostics », mais des personnes potentiellement responsables de leur histoire singulière). Ceci a une conséquence directe sur la façon dont le thérapeute ne peut se contenter d’appliquer un ensemble de recettes, mais est invité à une pratique créative, dans la mesure où il découvre progressivement un être humain radicalement singulier (bien entendu, la plasticité naturelle des pratiques musicales joue ici un rôle majeur). Ainsi orientée, la formation ne prône aucune doctrine particulière, considère chacun comme responsable de ses propres croyances, mais implique de soumettre toutes certitudes théoriques à l’épreuve de l’expérience et de la critique, et cela selon le critère de l’efficience thérapeutique. Enfin, elle considère que, autant que possible, le thérapeute est là tout d’abord pour proposer au patient un cadre sécurisant et des outils pour que ce dernier puisse par lui-même mettre en œuvre son processus de travail. Enfin, il faut aussi savoir que la qualité de la formation ne dépend pas seulement de la compétence et du talent des formateurs, mais aussi de la façon dont le groupe se responsabilise, favorise le dialogue, la remise en question personnelle et la bienveillance mutuelle.

    Quelques précisions importantes :
    Une formation en musicothérapie n’est pas une thérapie, et les formateurs ne peuvent prendre des stagiaires en relation thérapeutique durant le temps de la formation. Néanmoins celle-ci est nécessairement riche en « effets thérapeutiques » ponctuels - naturellement provoqués par les interactions (et les illusions) groupales - qu’il ne faudra point confondre avec un processus thérapeutique nommé comme tel.

    Le fait de payer sa formation ne signifie pas acheter un diplôme. Celui-ci dépend du travail et de l’implication personnelle du stagiaire en processus de formation, qui se conclura par la rédaction et la soutenance d’un mémoire en présence d’un jury de professionnels. Cela effraie ceux qui n’ont jamais passé ce genre d’épreuve, mais il faut bien saisir que, sans cet ultime travail de réflexion et de synthèse personnelle - suivie d’une confrontation à l’autre (jury) - les diverses approches proposées ne peuvent se nouer en une démarche singulière. Les références théoriques proposées durant la formation sont multiples, et chaque stagiaire sera encouragé à élaborer sa propre réflexion à partir de diverses lectures (ouvrages, articles, mémoires). Le mémoire a essentiellement pour fonction de montrer comment un musicothérapeute agit, perçoit, éprouve et questionne sa pratique. Il va sans dire que ce travail final n’a de sens que dans la mesure où le stagiaire se sera personnellement investi dans les séances d’implication, et qu’il aura appris à verbaliser son expérience intime.

    La formation poursuit un double objectif : l’initiation à diverses techniques psycho-musicales et la formation à la musicothérapie proprement dite. Les techniques psycho-musicales sont à l’œuvre dans un éventail de domaines qui dépasse largement la thérapie proprement dite : pédagogie musicale, éducation spécialisée, psychomotricité, animation, dynamique de créativité, travail en crèches ou écoles maternelles, etc… Quant à la musicothérapie, elle oriente précisément ces techniques dans un objectif thérapeutique, impliquant un cadre spécifique. Le stagiaire peut choisir d’orienter son mémoire dans un de ces multiples domaines, et prétendre à un certificat de formation aux techniques psychomusicales, ou bien vers une perspective strictement musicothérapeutique, et prétendre au diplôme de musicothérapeute.

    Précisons bien que si l’on peut désirer devenir thérapeute, le processus de formation peut mettre à l’épreuve cette motivation, qui peut finalement être orientée de préférence vers l’une ou l’autre de ces options (qui, sur le plan professionnel, présentent un égal intérêt). Il y va de la sécurité même de la personne (et de ses éventuels patients), que de lui éviter de prendre des responsabilités auxquelles elle n’est pas prête. Tout le monde n’est pas appelé à devenir thérapeute ; cela dit, chacun ne peut que s’enrichir de la simple tentative d’y parvenir.

    Le diplôme n’étant pas (encore) reconnu par l’état, il faut rappeler que sa valeur tient à la fois de la rigueur de la formation proposée et de l’expérience de l’équipe pédagogique, mais aussi de la position historique du CIM qui, premier centre créé en France (1968), est à l’origine de la plupart des autres écoles de musicothérapie.

    Pour conclure sur l’essentiel : dans l’univers complexe de la psychologie contemporaine, l’apport des recherches en musicothérapie est d’une richesse incomparable, comme en témoigne l’intérêt grandissant manifesté aujourd’hui (jusque dans les médias) pour les effets de résonance psychosomatique, et la place de la sensibilité. L’apport spécifique de cette formation peut se condenser en deux mots : on y apprend à écouter ainsi qu’à nommer ce que l’on éprouve. On y expérimente que notre capacité d’écoute - de soi comme de l’autre - est susceptible de s’ouvrir sur possibilités largement méconnues (proprement « inouïes »), et que la musique est le moyen par excellence pour explorer ces profondeurs, et découvrir leur potentiel de créativité. À bon entendeur…

    D.BERTRAND
    Président du Centre International de Musicothérapie.

     

  • La note de la Directrice

    L’équipe de formateurs est constituée de 31 intervenants. Tous, quelles que soient leurs différences, leurs origines, leurs formations d’horizons diverses ont :
     
      - un savoir : FAIRE
      - un savoir : DIRE
      - un savoir : TRANSMETTRE

    Le postulat de cette formation est : l'ÊTRE et non pas l’ AVOIR…
    Cette formation professionnelle est orientée autour d’une démarche humaine. Le stagiaire apprendra avec l’outil musical à DONNER et à RECEVOIR , le support principal étant l’histoire d’un groupe soutenue et encadrée par le professionnalisme d’intervenants ayant la pratique de l’objet musical.

    Ceci est défini lors de l’entretien pédagogique obligatoire avant l’entrée en formation.

    Alors au plaisir, peut-être, un jour de vous rencontrer…

    Sylvie BRAUN
    Directrice

    P.S. Si vous souhaitez (entendre) la résonance de la formation, nous vous invitons à lire les comptes rendus des stagiaires.


 
Le C.I.M est membre de la F.M.M. "Fédération Mondiale de Musicothérapie", dont Jacques JOST (créateur
du C.I.M) fut le co-fondateur avec Rolando BENEZON, et Vice Président pendant de nombreuses années.

Le C.I.M est également membre de la Fédération Française de Musicothérapie.
 


 

     
© Tous droits réservés 2002/2017    www.musicotherapie.info